Un bouclier solaire pour faire de l’ombre à la terre

Un bouclier solaire pour faire de l’ombre à la terre

Entre les incendies destructeurs, les inondations et les tempêtes, la crise climatique se fait ressentir violemment ces derniers étés. Pour les élus communaux, il est urgent d’adapter les territoires à ces conséquences. Assister au Congrès-Salon Smart City Wallonia peut être un premier pas vers la transformation de nos villes et communes, un premier pas vers une transition durable.

À titre planétaire, une nouvelle technologie pourrait être utilisée de manière éclairée et responsable pour améliorer le quotidien des citoyens. C’est en tout cas ce que propose l’ONG OMPE. Il s’agit d’un dernier recours en cas de réchauffement climatique trop important. 

 

La technologie au service du climat

Un bouclier solaire pour faire de l’ombre à la terre, c’est le projet fou de l’Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement (OMPE), une ONG qui a pour mission de contribuer à la préservation mondiale de l’environnement et de la biodiversité grâce à des projets technologiques innovants.

Gilles Lazzarini, un informaticien niçois, a fondé cette structure non gouvernementale pour proposer ses projets comme une voiture autonome partagée, des drones pour localiser et récupérer les déchets flottants, un absorbeur de CO2 et de gaz à effet de serre… "Les actions locales ou nationales n'ont aucun impact sur le réchauffement climatique global. Pour être à la hauteur du défi que nous avons à relever, il faut produire une solution technologique qui soit aussi globale", a-t-il confié au magazine Ville intelligente.  

Le bouclier solaire permettrait de diminuer de 1% à 100% le rayonnement du soleil sur la terre, "il placerait la France en leader mondial de la lutte contre le réchauffement climatique". Ce bouclier servirait de parasol dans l’espace entre la Terre et le soleil. S’activant sous forme d’éclipse solaire avec différents filtres et niveaux d’inclinaison, "ce système permet de filtrer le rayonnement solaire sur une ou plusieurs zones terrestres afin d'atténuer les effets du réchauffement climatique".

L’OMPE assure que le financement de ce projet sera moins élevé que les dépenses liées à la lutte contre les incendies. Il reste à trouver des financeurs pour ce projet évalué à 25 millions d’euros.